Rechercher
  • Pierre Morand

Le Plaisir de Pantoufle

Je vais vous parler d'une famille remarquable à bien des égards. On pourrait même dire qu'ils forcent l'admiration et leur exemple inspire leurs amis dont mes fermiers sont plus qu'heureux de faire partie. En voulant cesser là les éloges, par peur de blesser leur humilité, j'y ajoute un compliment de plus en dévoilant le caractère humble qui les définit. Vous pensez que j'exagère et que j'en fais tout un fromage ? Vous m'accuseriez à tort, moi qui ne donne même pas encore de lait et donc qui n'est même pas en mesure de fournir du beurre.


Mes amis sont paysans boulangers à la ferme du plaisir, rue du plaisir, à Sazilly. Ils cultivent leurs champs de céréales biologiques, ils le récoltent, font leurs farines. Rien que ça. Et ce n'est pas fini, François, le père, prépare son pain sans machine. Il utilise du levain naturel et pétri à la force de ses bras. Dans les moules qu'il a fabriqués, dans le four à bois qu'il a conçu, et dont la mise en marche est un véritable travail dont on a pas idée, il cuit son pain. Il en sort des merveilles moulées ou en boule, purement traditionnelles, que Sophie, la mère, vous vend au poids de 18h à 19h30 tous les jeudis. Des pains au blé, mais aussi à l'épeautre ou au seigle. Jeune dans le métier, c'est un plaisir de découvrir de nouvelles saveurs franches qui se bonifie toujours plus avec l'expérience.


Pourquoi je vous en parle ? Parce que dorénavant vous pourrez retrouver leur farine de blé sur notre étale, vendue au poids. Aucun surplus sur les tarifs, l'entraide c'est gratuit. Enfin gratuit, nous sommes largement payés par la présence d'un produit de cette qualité aux côtés de nos fruits et légumes. Quel régal quand les odeurs de crêpes, de gaufres ou de tartes s'échappent de la cuisine de la fermière et me chatouillent les naseaux. C'est mon plaisir. On est d'accord, rien ne vaut une bonne herbe grasse, mais dans ces instants je comprends les omnivores.


Et le pain, me direz vous, il ne sera pas sur l'étale aussi ? Mais pour ça, mes amis, il faut aller à Sazilly ! Oh j'entends déjà les répliques "mais c'est trop loin, et l'essence, et le temps, et patati et patata..." des raisons qui dépassent celle de la terre et encore plus celle d'une vache ! Allons, réfléchissez, Sophie vend le pain une fois par semaine, le jeudi soir, vous achetez le pain qu'une fois par semaine vous aussi, puisqu'emballer dans un sac à pain ou un torchon il se conserve très bien. Fini les aller-retours quasi quotidien à la boulangerie, mis bout à bout, ça vaut bien un aller-retour à Sazilly. Encore mieux, comme mes fermiers, allez y pour plusieurs familles de vos proches. Mettons que vous soyez quatre foyers, ça ne vous fait plus qu'un trajet à la boulangerie par mois ! Imbattable !

Vous trouvez que je m'emballe ? Sachez qu'une génisse est toujours idéaliste. Elle ferait n'importe quoi pour ses verts pâturages, le vivant et soutenir ceux qui sont en première ligne. Alors, par mes cornes, sus à la ferme du plaisir !


Vachement vôtre,


Pantoufle



53 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout